L'AMICALE DES CADRES PENSIONNES D'A.C.E.C.
Navigateur complet 8 touches.vbprj
ACCUEIL L'asbl ACTIVITES
ACTIVITES
ASSURANCE 
HOSPITALISATION S'INSCRIRE A
CONTACTER
ESPACE
MEMBRES
Menu And Button Maker by Vista-Buttons.com v5.7
La firme "Electricité et Hydraulique", l'apparition du nom "ACEC", la guerre 14-18.

En 1878, Julien Dulait (1855 – 1926), fils de l’ingénieur métallurgiste Jules Dulait et diplômé de l'Institut Montefiore à Liège, commence des expériences sur les machines électriques et hydrauliques dans le modeste atelier paternel de 500 mètres carrés, rue de Montigny à Charleroi. Avec son collaborateur Désiré Barras, il construit une machine génératrice d’électricité entraînée par une turbine hydraulique.

En 1881, il crée à Charleroi la "Compagnie générale d’Electricité", dont il est directeur technique. Elle construit des machines selon ses brevets et ceux de Zénobe Gramme. En 1886, la société est renommée en "Société anonyme Electricité et Hydraulique à Charleroi", en abrégé "E&H", et migre rue Cambier Dupret à Marcinelle. A cette époque, elle produit déjà des machines d’une puissance dépassant les 100 kW.


Autour de 1890, la société fournit des installations d’éclairage électrique aux villes de Liège, Charleroi et Schaerbeek. Le système de mât d'éclairage "Dulait", dans lequel l'ampoule est alimentée par une génératrice elle-même entraînée par l'eau de la distribution urbaine, est breveté en Belgique, en France et en Suisse.


En 1894, la société fournit motrices et voitures pour la ligne de Cointe (Liège),dont les pentes sévères requièrent des moteurs spéciaux ; ce seront là les premiers tramways entièrement construits en Belgique. Suivront bientôt l'équipement de la ligne "Ostende - littoral" ainsi que celui de la liaison Bruxelles - Tervueren. D'importantes commandes à l'exportation, pour équiper Alger, Naples, Koursk ... ne tarderont pas.


En 1898, "E&H" établit un atelier en France, à Jeumont, à la frontière entre les deux pays, et ouvre deux ans plus tard une deuxième implantation, de 50 hectares cette fois, sur le site de Marcinelle, le long des actuelles rues Vital Françoisse et Chapelle Beaussart.


La gamme de produits fabriqués par la firme comporte dynamos, ascenseurs, lampes à arc, moteurs électriques de traction pour tramways, perforatrices ainsi que tout le matériel anti-déflagrant destiné aux applications minières. D'abord testé et mis au point dans la région (Mariemont), ce matériel sera largement exporté jusqu'en Hongrie. Mentionnons également tout le matériel pour l'éclairage complet du château de Laeken, ses parcs, serres et jardins, depuis l'installation de génération de puissance nécessaire jusqu'au plus petit luminaire.


En 1904, devant la menace toujours croissante de la concurrence allemande qui vise à contrôler le marché du matériel électrique en Belgique, un grand groupe défensif - les "Ateliers de Construction électriques de Charleroi" - se forme sous le patronage d'Edouard Empain. Vital Françoisse en sera le premier directeur. Un énorme investissement donne naissance à la câblerie, à l'atelier "Grosses Machines", à l'atelier "Machines moyennes", à l'atelier "Outillage central" et à la fonderie.

L’usine de Jeumont, en France, est renommée en 1906 "Ateliers de constructions électriques du Nord et de l’Est", ou "ACENE", en abrégé. Bien plus tard, dans les années ’60, elle sera absorbée par Jeumont Schneider.

Dès 1914, A.C.E.C. commence à construire des véhicules à moteur à explosions, équipés d’un système de transmission
électrique, système A.C.E.C, Balachowsky & Caire.

Eclate la première guerre mondiale.

De nombreux membres du personnel sont mobilisés, et connaissent la boue des tranchées et les gaz de l'Yser. Beaucoup
y sont blessés, faits prisonniers, déportés, ou y perdent la vie. Les épouses et les enfants qu'ils ont laissés derrière eux souffrent de la faim et de la misère.
L'usine est consciencieusement dépouillée de ses machines par les forces d’occupation allemandes; 264 machines-outils
et 291 machines spécifiques de la câblerie sont enlevées et acheminées en Allemagne.

A la fin de la guerre, en décembre 1918, A.C.E.C. se retrouve avec 341 ouvriers, sans une machine, avec d'énormes difficultés à pouvoir se fournir en matières et un retard technique important par rapport à ses concurrents, suisses et suédois surtout.